• Année: 5e
  • Prérequis: lire une carte thématique, notion de “disparité spatiale”, composante de l’espace
  • Durée approximative: 1h30 (partie asynchrone)
  • Niveau de complexité : 

1. Contextualisation dans le parcours en FHG

Par ce court parcours d’apprentissage, il s’agira de faire apprendre aux élèves à décrire une répartition spatiale tout en travaillant certaines caractéristiques du concept de dépendance au milieu.

Parmi les autres attendus du programme développés dans l’exemple ci-dessous, l’élève sera amené à déterminer le degré et les conditions de dépendance aux énergies d’un individu. 

L’enseignant notera que ce parcours a été adapté, notamment, à un enseignement hybride. Pour cela, il se réfèrera aux parties synchrone et asynchrone.

2. Documents

Si vous souhaitez vous approprier le wooclap associé à la partie asynchrone, voici la démarche à suivre : 

  1. Avoir un compte wooclap (gratuit pour l’enseignement secondaire);
  2. Dans “mes évènements”, cliquer sur “importer un évènement”;
  3. Entrer le code suivant “DEPENDANCEENERGETIQUE”;
  4. Renommer votre wooclap et modifier les questions que vous souhaitez.

Une vidéo du webinaire dont est issue cette situation d’apprentissage se trouve ici

3. Consignes

L’ensemble des consignes sont inclues dans la storymaps ci-dessus.

Consigne 1 (en lien avec la C1 du programme) : Pour cela, il t’est demandé d’analyser au moins 4 des cartes suivantes afin de mettre en évidence pour chacune au moins une disparité spatiale à l’aide d’au moins 3 repères spatiaux pertinents.

4. Exemple de production(s) attendue(s)

Carte 1 (Population) :  Les 2 espaces les plus peuplés en Belgique sont situés d’une part en Flandre dans le triangle formé par les villes d’Anvers-Gand et Bruxelles. L’autre espace est situé plus au Sud en Wallonie, le long du sillon Sambre et Meuse. Un espace moins peuplé est situé dans le sud de la Belgique et couvrant notamment la Province de Luxembourg. 

Carte 2 (Revenus moyens) : Les revenus moyens les plus élevés se situent essentiellement en Flandre, en son centre, dans le Brabant Wallon, bien qu’on en retrouve également autour de la ville d’Arlon, frontalière du Luxembourg et à la périphérie des grandes villes du sillon Sambre et Meuse. 

Carte 3 (logements construits après 2000) : Les logements les plus récents se situent essentiellement dans le nord de la Belgique, en Flandre, et dans les grandes villes, chefs-lieux de Province, aussi en Wallonie, comme Liège, Namur, Charleroi ou Arlon.

Carte 4 ( logements construits avant 1919) : Les logements les plus anciens se localisent essentiellement au sud de la Belgique, en Wallonie et notamment le long de la frontière française. Les espaces où on retrouve proportionnellement moins de logements se localisent en provinces de Limbourg et d’Anvers dans leur partie frontalière avec les Pays-Bas.

Carte 5 (prix ventes des maisons) : Les prix de vente les plus bas pour une maison se trouvent en Wallonie, au sud du Sillon Sambre et Meuse, essentiellement en Province de Luxembourg, mais aussi dans le sud du Hainaut frontalier de la France.  Les prix les plus élevés se localisent dans le triangle Bruxelles-Gand-Anvers, mais aussi à Bruges. 

Carte 6  (temps d’accès aux autoroutes) : cette carte montre notamment une densité d’autoroutes plus importante en Flandre, mais aussi autour de Liège. On remarque également que le sud du Sillon Sambre et Meuse est moins desservi par les autoroutes, et donc les temps d’accès y augmentent aussi. Notamment pour le centre-Ardenne, le sud du Hainaut et sa “botte”, et plus largement pour tout l’espace de Mons à Arlon frontalier de la France. 

Carte 7 (Chemins de fer et aires de covoiturage) : // carte 6

Carte 8 (émission GES pour le bâti) : Pour la Région Wallonne, les espaces bâtis émettant le moins de GES se localisent essentiellement autour des grandes villes situées dans le nord de la Région. Les zones bâties émettant davantage de GES se situent en Centre Ardenne et à la frontière française. 

Carte 9 (émission GES pour les déplacements) : // carte 8

5. Apprentissages à structurer dans le cours

  • Tâche : décrire la répartition spatiale d’objets étudiés pour mettre en évidence des disparités spatiales, en utilisant les repères et le vocabulaire adéquat sous la forme d’un texte court. 
  • Ressources:
    • concept: Dépendance au milieu (localisation, modes de transport, besoins)
    • repères temporels/spatiaux : Divisions administratives, orientations cardinales, pays frontaliers à la Belgique, chefs-lieux des provinces, sillon Sambre et Meuse, botte du Hainaut,  
    • savoirs : valeur relative/absolue, densité de population, facteur de localisation, développement durable, composante de l’espace.
    • notion * : vulnérabilité énergétique. 
    • savoir-faire: lire une carte thématique, énoncer et illustrer une caractéristique du concept de dépendance au milieu par un exemple.

*Notion : l’élève en a une connaissance contextuelle et non déclarative.

6. Exemple de grille d’évaluation des apprentissages et des acquis

Eléments évalués
Indicateurs de qualité Pondération 

Tâche Décrire une disparité spatiale à l’aide d’au moins 3 repères spatiaux pertinents La disparité spatiale est correctement identifiée (un déséquilibre dans la répartition est identifié*) 1-2 x4
Au moins 3 repères spatiaux sont utilisés pour identifier chaque disparité spatiale

0,5-1-1,5

x4

0,5-1-1,5 X4

* En d’autres termes, pour mettre en évidence une disparité spatiale, l’élève devra nommer un espace où la présence d’un objet est plus importante  et un autre où sa présence est moindre.

7. Piste(s) pour la certification des apprentissages

Les apprentissages mis en œuvre ici peuvent être retravaillés ou certifiés sur tout autre objet (occupation du sol, secteurs d’activités, …). L’enseignant veillera toutefois à conserver une échelle similaire à celle apprise afin que l’élève puisse se référer aux repères spatiaux pertinents appris.