3e année – Porter le regard de la géographie sur les flux migratoires en lien avec les conditions de vie (C2/C3)

logo-situation-apprentissagelampe geo3

3e année

Cette situation est proposée à titre d’exemple;
Elle illustre des choix réalisés en termes de compétence disciplinaire et des ressources à mettre en place pour conduire l’élève à un certain niveau de maitrise des UAA.

  • UAA 2 et 3: Inscrire dans un contexte spatial les flux migratoires vers la Belgique: expliquer des relations entre ces flux et les disparités en termes de conditions de vie et communiquer ces relations en vue d’éclairer des enjeux en lien avec la diversité et la citoyenneté active.
  • Concept: migration (présence de liens entre le déplacement des populations et d’une part les foyers de population, et d’autre part les conditions de vie).
  • Échelle: de la Belgique au monde

Préalablement à l’exercice du transfert, les élèves ont découvert, à travers plusieurs représentations cartographiques, différents flux migratoires vers la Belgique. Ils ont pu ainsi s’approprier des caractères qui déterminent ces flux : les lieux de départ, de destination et l’intensité des flux. En mobilisant quelques indicateurs de base qui sont donnés (ex: revenus, chômage, nombre de voitures par habitant, gsm par habitant, …), les élèves ont été amenés à comparer le niveau de vie entre deux de ces pays de départ et la Belgique. Ils ont également comparé les croissances des populations (sur base de graphiques simples ou d’animations).
Ils ont été amenés à annoter une représentation cartographique pour illustrer comment les différences de niveau de vie se distribuaient dans l’espace et ils ont complété un schéma pour mettre en évidence des liens entre ces flux (direction et intensité) et les indications relatives au niveau de vie et la croissance des populations.

Pour exercer le transfert, l’enseignant soumet à ses élèves des informations cartographiques nouvelles sur un ou deux flux migratoires vers la Belgique et des informations relatives au niveau de vie des pays d’origine et la croissance de leur population. Ces informations sont d’un genre familier, similaires à celles exploitées préalablement.
Sur une représentation de l’espace, du même genre que celle qui a été complétée en classe, les élèves doivent faire figurer des indicateurs de niveau de vie, y compris ceux pour la Belgique (connus). Ils doivent compléter un schéma du même genre que celui qui a été réalisé préalablement pour mettre en lien ces indicateurs et les flux observés (direction et intensité).