*** Comparer-Mondialisation des échanges- le textile

  • Année : 5e
  • Prérequis : délocalisation (notion)
  • Durée approximative: 50 minutes
  • Niveau de complexité 

1. Contextualisation dans le parcours en FHG

Par cette situation d’apprentissage, il s’agit d’aborder la mondialisation des échanges selon l’angle de la comparaison, et ce, en vue d’éclairer des enjeux sociétaux liés à l’insertion socioprofessionnelle et la citoyenneté active. Dans ce sens, l’élève sera amené à mettre en évidence des permanences et des changements concernant la production textile à deux époques différentes.

2. Documents

[Les marques de vêtement] cherchent des alternatives au «made in China» pour réduire les coûts et réagir vite aux fluctuations du marché. (…) La Chine reste certes le plus gros exportateur mondial de vêtements et le premier fournisseur pour le marché français. […]

[L’]augmentation des coûts de production[en Chine] incite les importateurs français à diversifier leurs sources d’approvisionnement: 68% d’entre eux l’ont fait l’an passé […]. Après avoir flambé il y a un an, les prix du coton sont certes revenus à leur niveau de mi-2010. Mais la flambée des salaires chinois se poursuit: suite à des grèves, ils s’échelonnent entre 180 et 300 euros par mois. C’est autant qu’en Biélorussie et plus qu’en ­Tunisie (160 euros) et à Madagascar (50 euros). De plus en plus de marques, comme Petit Bateau, Etam ou Celio, s’approvisionnent dans cette île.

Des fournisseurs proches de l’Hexagone

Les importations françaises de textile ont fortement augmenté au Bangladesh (+ 26%) et au Pakistan (+ 29%). Le Bangladesh, où le salaire moyen s’élève à seulement 80 euros, malgré un doublement en deux mois, s’impose comme le deuxième fournisseur de la France, devant la Turquie, l’Inde et la Tunisie. Des fournisseurs plus proches de l’Hexagone avancent également leurs pions: la République tchèque a vu ses exportations s’envoler de 55% et la Bulgarie, de 56%.

La hausse des coûts salariaux n’est pas la seule cause de cette modification des sources d’approvisionnement. Les frais de transports (dopés par la hausse du pétrole) et les délais de livraison incitent de plus en plus de distributeurs français à transférer leurs commandes d’Asie du Sud-Est vers des destinations plus proches: Europe de l’Est, Euroméditerranée, Madagascar… Déjà, la Roumanie, surnommée la «Chine de l’Europe», est le premier fournisseur textile européen de la France. L’Ukraine travaille pour Hugo Boss ou Zara. Et Beaumanoir (Cache-Cache, Morgan) a créé des bureaux d’achats en Turquie. […]

  • Document 3

L’industrie textile en France

Le secteur du textile est présenté, depuis de nombreuses années, comme étant dans un état d’agonie prolongée. Or, en 2011, l’industrie textile française – composée de 2 300 entreprises dont 600 de plus de vingt salariés – a réalisé un chiffre d’affaires de 12,8 milliards d’euros, en croissance de 5 % par rapport à 2010. […]

Le coût du travail atteint 60 % du chiffre d’affaires des confectionneurs de maille ou de lingerie et entre 20 % et 25 % dans les entreprises de tissage et dans celles de non-tissé. Le cabinet Werner a calculé que le coût de l’heure de travail dans l’industrie textile française s’élevait à 23,02 euros pour l’employeur, en 2011, contre 20,85 en Allemagne, 16,1 en Italie et 13,82 en Espagne. Il serait de 2,10 dollars en Chine et de 60 cents au Vietnam, mais nous ne nous comparons pas à ces pays en développement.

Cette différence en Europe est due au poids des charges sociales, à l’absence de salaire minimum en Italie et en Allemagne et à son faible niveau en Espagne – 748 euros par mois en 2011 contre 1 365 en France. […]

Le prix des matières premières utilisées dans le processus de production – coton, polyester, laine, soie, polypropylène – connaît une grande volatilité : ainsi, le cours du coton a été multiplié par trois entre l’automne 2010 et mars 2011. Les grands producteurs – la Chine, l’Inde, le Pakistan et le Brésil – possèdent une industrie textile très développée, ce qui accroît la dépendance de l’Europe vis-à-vis de ces pays émergents qui ont la capacité de faire varier les prix ou de restreindre l’accès aux matières premières. […]

L’énergie occupe une part importante dans le coût de production, même si son poids se ressent davantage dans certains maillons de la filière textile – comme la production de fibres et de non-tissé qui consomme beaucoup d’électricité ou l’ennoblissement qui nécessite une grande quantité de gaz. Pour ces activités, le coût de l’énergie atteint 20 % du chiffre d’affaires des entreprises, qui sont donc sensibles à toute hausse du prix ou de la fiscalité énergétiques. […]

Synthèse sur l’industrie textile issue du site planetoscope.com, consulté le 30 avril 2020.

3. Consignes

Sur la base des documents ci-dessus, réalise un tableau à double entrée pour comparer la production de textile à deux époques distinctes afin de mettre en évidence deux évolutions. Pour cela,

  1. Classe les documents en deux groupes ; 
  2. Compare leur contenu selon : le lieu, l’époque, un levier, 3 freins à la production et sous l’angle d’au moins 2 facteurs de production (technique, économique, politique, démographique, …)
  3. Rédige un court texte mettant en évidence deux évolutions, soit une permanence et un changement.

4. Exemple de production(s) attendue(s)

Epoque 1965 (doc 1) 2011/2012 (doc 2 et doc 3)
Lieu Le Nord de la France (Calais) France
Technique : Modernisation suite à la reconstruction de l’après-guerre ce qui a entraîné une augmentation de la productivité.  /

Economique : 

-Production

-coût production : 

-emplois:

– La production représente 30% de la production nationale;

-production française de textile est en crise (grèves);

-140000 emplois (plus que dans le secteur minier;

-Peu de production “made in France” surtout des importations diversifiées (Chine, Bangladesh, Biélorussie, Tunisie, Madagascar, …)

-coûts de production élevés (salaires et charges salariales plus élevées qu’à l’étranger);

-(2300 entreprises dont 600 de plus de 20 salariés) 

Les leviers

-marché commun européen;

 /
Les freins

– perte des marchés d’Outre mer suite à la décolonisation ; 

-concurrence étrangère

-matières premières proviennent de l’étranger qui fixe les prix (dépendance de la France)

– coûts de production plus faibles à l’étranger, liés à des salaires plus faibles qu’en France;

-Frais de transport augmentent en lien avec l’augmentation du prix du pétrole;

-Augmentation des délais de livraison ;

-Fluctuation des prix des matières premières ;

-coût de l’énergie

Permanence : La production de textile en France est en perte de vitesse par rapport à celles d’autres pays / Les coûts de production en France restent plus élevés que dans d’autres pays dits émergents / Les prix des matières premières fluctuent continuellement

Changement : La concurrence étrangère en matière de production textile se diversifie, et n’est plus cantonnée uniquement à la Chine qui est plutôt en perte de vitesse / les coûts de l’énergie/transport comptent pour une part de plus en plus importante dans le coût de production. 

5. Apprentissages à structurer dans le cours

  • Ressources:
    • Concepts : développement (facteurs, nature)
    • Savoirs : délocalisation, décolonisation, émergence des pays en voie de développement.
    • Savoir-faire: sélectionner et organiser des informations pertinentes, repérer des permanences/ changements entre documents, identifier dans un document une/des caractéristique(s) d’un concept, 

6. Exemple de grille d’évaluation des apprentissages et des acquis

Eléments évalués
Indicateurs de qualité Pondération
Ressources Savoir-faire

-les documents sont correctement classés ; 

-les dates et lieux sont correctement identifiés ; 

-1 levier est identifié ; 

-3 freins sont nommés; 

-2 facteurs de production sont relevés; 

-une permanence est correctement formulée;

-un changement est correctement formulé. 

-le tableau à double entrée est clair et lisible

0-1

0-1-2

0-2

0-2-4-6

0-2-4

0-2

0-2

0-2

7. Piste(s) pour le transfert et/ou la certification des apprentissages

Cette situation d’apprentissage peut être réalisée sur tout autre document présentant des situations temporellement éloignées.

Les dossiers 75 à 78 du manuel Terrhistoire, Tome 2 peuvent être également utilisés dans la même optique que cette situation d’apprentissage. 

8. Pour aller plus loin : 

SIROËN Jean-Marc, Textile. La fin du protectionnisme, dans Alternatives économiques, n°231, décembre 2004.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *